Minute nostalgie : Les Chutes d’Iguazu

 Je m’amuse comme un dingue depuis deux semaines. La raison ? Je rédige mon rapport de stage. De la pure folie ! En gros, je dois raconter sur quarante pages le stage que j’ai fait à Buenos Aires. La vérité, c’est que ce n’est pas folichon tous les jours. Le bon côté, c’est que ça me rappelle mes expériences sud américaines, forcément une larme jamais loin de couler. Et là, je tombe sur mon précieux carnet de notes d’Argentine enterré quelque part dans ma chambre. Je vous raconte pas la séquence nostalgie que je me paye. Je retrouve notamment les notes prises aux chutes d’Iguazu. Je vous les retranscris ici, avec six mois de retard. 

Voici 1/50 ème des Chutes

Iguazu est à l’Argentine ce que le Grand Canyon est aux Etats-Unis : un lieu mythique qui symbolise à lui seul tout le pays. Impressionnant, grandiose, féerique, le spectacle des chutes est digne d’un film hollywoodien.

Les cascades se jettent dans le vide avec une force gigantesque, puis gagnent en épaisseur dans leur course en chute libre, et se fracassent enfin dans un vacarme assourdissant. Les gerbes d’eau s’éparpillent en tout sens, et éclaboussent même à 75 mètres du haut de la Gorge du Diable ! Les torrents d’eau imposent par leurs dimensions majestueuses et le bruit assourdissant qu’ils émettent ! Les photos n’y feront rien, Iguazu se vit de l’intérieur, comme une expérience inoubliable.

 « Les chutes sont argentines, et la vue est brésilienne », disent les esprits taquins. Il est vrai que le Brésil s’octroie la vue d’ensemble, de surplomb. Mais que vaut une vision panoramique en comparaison avec la douche géante en Argentine ? Grâce à des installations remarquables, le touriste traverse, s’approche, apprécie sous toutes ses dimensions les cascades. Chacune des 347 chutes possède un caractère, un charme ou une puissance propre. Immanquable.

L’autre spectacle d’Iguazu est son environnement. C’est une jungle luxuriante, d’un vert profond et infini. L’aventurier se croirait revenu aux origines du monde, au coeur d’une zone pure, préservée. Ah… le bruit des oiseaux et autres animaux qui se répondent dans cette forêt dense… Du vert partout, et soudain, une plante d’un rouge pétant se pavane au sol, en l’air un oiseau s’enorgueillit de son plumage fluorescent… Aux touristes qui s’y rendent, une seule requête : préserver l’environnement pour conserver encore longtemps ce lieu paradisiaque sur terre. 

Attention néanmoins aux torrents de touriste qui déboulent en janvier, février et juillet. D’autre part, le soleil peut se révéler insupportable au coeur de l’été. Décembre semble idéal pour éviter ces deux fléaux.
Les chutes sont situées à l’extrême nord-est de l’Argentine, à la frontière du Brésil et du Paraguay. En bus, à partir de Buenos Aires, il faut compter 20 heures et 400 pesos (aller simple). En avion, le trajet coûte 600 pesos (aller simple) et dure 1h30.

Hasta soon, donc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s